Défauts et pathologies des yeux 3 min. de lecture

L'amblyopie

Partager sur

L’amblyopie se traduit par un œil moins actif que l’autre et qui finit par perdre peu à peu de son efficacité. Une rééducation précoce est alors indispensable. On vous explique tout.

Comment savoir si mon enfant est amblyope ?

L’amblyopie touche 5 à 6 % des bébés et reste encore rarement diagnostiquée. D’abord, parce que ce trouble visuel relève souvent d’un mécanisme de défense : lorsqu’un œil ne se développe pas normalement ou forme des images floues, l’autre va compenser en travaillant davantage. L’œil faible, de moins en moins performant, est alors qualifié de « paresseux ».

  • Si votre enfant souffre également de strabisme, vous serez alerté et une visite chez l’ophtalmologiste pourra révéler l’amblyopie
  • Attention, si votre enfant ne souffre pas de strabisme, l’amblyopie peut passer inaperçue. Faire contrôler régulièrement la vue de votre enfant en consultant un ophtalmologiste est donc essentiel.

Les solutions pour remédier à un oeil paresseux

L'amblyopie passe souvent inaperçue pour les parents. C’est pourquoi il est conseillé de masquer un œil avec une main pour « tester » la vue de bébé, entre deux visites de contrôle chez un professionnel de la santé visuelle. Ce dépistage précoce est primordial. Le port de lunettes avec verres correcteurs corrige la vision floue tandis que l’ajout d’un cache, durant 20 à 30 minutes par jour, sollicite l’œil paresseux.

Si votre enfant est amblyope, plusieurs traitements efficaces existent :
  • Le port de lunettes de vue adaptées. 
  • Une prise en charge orthoptique : une amblyopie détectée avant 10/12 mois peut être soignée par une rééducation de l’œil faible, jusqu'à l'âge de 5 ans. Mais passé 6 ans, cette rééducation se révèle plus difficile à appliquer.
  • Une intervention chirurgicale.