Une question ?
On vous rappelle

Essilor vous rappelle

Introduction-Dois-je-porter-des-lunettes.png

Défaut visuel ou
fatigue passagère ?

Apprenez à distinguer un œil emmétrope,
autrement dit sans défaut visuel, d’un
œil amétrope qui demande une correction.

Vt-Dois-je-porter-des-lunettes.png

Reconnaître un
défaut visuel

Vos yeux fonctionnent comme des caméras :

- la cornée reçoit la lumière tandis que le cristallin fait office de zoom qui ajuste la focale en fonction de la distance de l’objet.

- de son côté, la pupille agit comme un diaphragme qui module la quantité de lumière envoyée sur la rétine, laquelle transmet alors une image nette au cerveau.

Sous l’effet de la fatigue ou d’une mauvaise luminosité, se produit spontanément le phénomène d’accommodation pour assurer la netteté des images.

 

Avec l’habitude, on peut souffrir d’un défaut visuel sans le savoir. Mais une gêne ou un effort récurrent sont souvent le signe d’un besoin de correction visuelle.

Les signes
qui ne trompent pas

On compte 4 principaux troubles de la vision.

Pour chacun d’eux, des phénomènes d’accommodation constituent des signaux d’alerte.

La myopie désigne la difficulté à voir de loin. On parle alors d’œil trop long, car la distance entre la cornée et rétine est trop grande. Résultat, l’image se forme en avant de la rétine. Sans correction, lorsqu’on est atteint d’une légère myopie, on a tendance à plisser légèrement les paupières pour voir de loin.

L’hypermétropie a pour conséquence de voir mieux de loin que de près. Dans ce cas, on parle d’œil trop court, car l’image se forme en arrière de la rétine. L’hypermétrope aura quant à lui tendance à accommoder sa vision en ajustant la focale du cristallin, ce qui entraîne une grande fatigue visuelle.

Liée à l’âge, la presbytie correspond à la perte d’élasticité du cristallin et à sa capacité d’accommodation. Le presbyte éprouve alors des difficultés à voir de près. Le presbyte qui s’ignore à tendance à allonger les bras pour lire et à augmenter la puissance de l’éclairage.

Souvent associé aux trois autres défauts visuels, l’astigmatisme provient d’une mauvaise courbure de la cornée, avec une forme ovale plutôt que sphérique. Ce défaut visuel entraîne la déformation de la périphérie des images. On peut alors confondre les lettres H et M, ou les chiffre 8 et 0. A force, l’effort d’accommodation entraîne lui aussi une réelle fatigue visuelle.

  • paire-de-lunette-correctrice-contre-les-defauts-visuels

Des verres
pour toutes les vues

En cas de doute, il faut effectuer des tests de vue pour vérifier votre acuité visuelle et identifier un éventuel défaut visuel. L’examen de votre œil permettra de déterminer votre niveau de dioptrie, à savoir la puissance de verre nécessaire pour faire correctement converger l’image sur la rétine (et donc la voir nette).

La myopie et l’hypermétropie sont corrigées par des verres unifocaux ou simple-foyers, qui présentent la même surface de correction sur toute la surface du verre.

Les verres toriques corrigent l’astigmatisme.

Enfin, les verres progressifs permettent de corriger la presbytie. Leur particularité repose sur une infinité de corrections entre la partie haute (vision de loin) et basse du verre (vision de près) pour bien voir à toutes les distances, de près comme de loin, avec une seule paire de lunettes.