Une question ?
On vous rappelle

Essilor vous rappelle

senior-avec-des-verres-qui-permettent-de-traiter-son-amblyopie Intro-Visuel-Amblyopie-MOBILE.jpg

L’amblyopie

L’amblyopie se traduit par un œil moins actif que l’autre et qui finit par perdre peu à peu de son efficacité. Une rééducation précoce est alors indispensable.

bebe-dans-son-landeau-qui-regarde-ses-jouets

Causes de l’amblyopie :
une réaction en chaîne

L’amblyopie touche 5 à 6 % des bébés et reste encore rarement diagnostiquée. D’abord, parce que ce trouble visuel relève souvent d’un mécanisme de défense : lorsqu’un œil ne se développe pas normalement ou forme des images floues, l’autre va compenser en travaillant davantage. L’œil faible, de moins en moins performant, est alors qualifié de « paresseux ».

 L’amblyopie peut également résulter d’un strabisme : pour éviter l’image double générée par des yeux divergents ou convergents, le corps va ignorer le travail d’un œil au profit de l’autre.

  • bebe-debout-qui-joue-et-regarde-en-direction-de-l-objectif

Les solutions pour remédier
à un œil paresseux

L'amblyopie passe souvent inaperçue pour les parents. C’est pourquoi il est conseillé de masquer un œil avec une main pour « tester » la vue de bébé, entre deux visites de contrôle chez un professionnel.

Ce dépistage précoce est primordial : une amblyopie détectée avant 10/12 mois peut être soignée par une rééducation de l’œil faible durant 5 ans.

Le port de lunettes avec verres correcteurs corrige la vision floue tandis que l’ajout d’un cache, durant 20 à 30 minutes par jour, sollicite l’œil paresseux. Mais passé l’âge de 6 ans, cette rééducation se révèle plus difficile...

verres-correcteurs

Produit

Verres unifocaux

Une correction parfaite