Essilor: Logo
Tel
Taille du texte : A- A+
   Tout savoir sur l'oeil et les défauts de vision
Imprimer   

L'œil et son fonctionnement

Essilor

Perception visuelle : un mécanisme complexe

Rien de plus naturel que la vision… et pourtant ! Le fait de capter la lumière et de la transformer en un scenario visuel sensé, présente d’énormes difficultés techniques.

L’œil doit d’abord obtenir une image du monde extérieur parfaitement au point sur la rétine, ce qui demande un système optique élaboré (compose de la cornée, du cristallin et du diaphragme irien). Ensuite le système nerveux (rétine, voies visuelles et cerveau) doit transmettre fidèlement cette image depuis l’œil jusqu’au cerveau. Enfin, ce dernier doit réélaborer les informations reçues pour les faire émerger sous la forme d’une image.

La plus perfectionnée des cameras !

L’œil, organe sensoriel de la perception visuelle, pourrait être comparé à une caméra vidéo intégrant : un logiciel de poursuite automatique des objets entrant dans son champ, un système autofocus, un mode d’adaptation automatique aux variations de l’intensité lumineuse et un objectif auto-nettoyant.
Le tout connecté à un système informatique, dont les capacités de traitement de l’information sont si élaborées qu’il n’existe pour l’instant aucun ordinateur capable de l’égaler.

La cornée : la responsable de l’éclairage

La cornée est une sorte de fenêtre, par laquelle la lumière provenant de l’extérieur pénètre dans notre organisme. Elle joue un rôle prépondérant dans la focalisation de la lumière sur la rétine. De de fait, elle doit toujours être parfaitement propre et transparente. La fermeture régulière des paupières clignement) et la sécrétion lacrymale maintiennent la surface de la cornée libre de toute impureté. 

Le cristallin : un rôle de "zoom"
 
La principale tâche du cristallin est de permettre les ajustements nécessaires à la focalisation des objets à toutes les distances. Cette focalisation s’effectue par un changement de courbure, soit par une mise sous tension, soit par un relâchement des tendons qui fixent le cristallin à la paroi interne du globe oculaire. Le cristallin se bombe pour focaliser les objets de près et devient plus plat (position de repos) pour rendre nets ceux situés au loin.
 
La pupille : le diaphragme de l’œil
 
La pupille est une structure virtuelle constituée de l’espace libre au centre de l’iris. Ce dernier comprend deux groupes de muscles : l’un composé de fibres radiaires (disposées comme les rayons d’une roue) qui élargit la pupille ; l’autre, comportant des fibres circulaires, qui la rétrécit. Leur action modifie le diamètre de la pupille et donc régule la quantité de lumière entrant dans l’oeil, tout comme le diaphragme d’un appareil photo détermine le diamètre d’ouverture de l’objectif.

La rétine : le film photographique
 
Structure lamellaire d’un quart de millimètre d’épaisseur, la rétine est constituée de 3 couches de neurones. La couche la plus externe comporte des photo récepteurs contenant un pigment photosensible, qui réagit à la lumière par une modification chimique transformant l’énergie lumineuse en énergie électrique. Cette énergie est ensuite transmise au cerveau, via les cellules ganglionnaires contenues dans la couche la plus interne. L’information visuelle est ensuite régénérée par un processus complexe, nécessitant l’aide d’autres cellules.


Les verres ophtalmiques sont des dispositifs médicaux, livrés à l'opticien dans des pochettes marquées CE conformément à la règlementation.
Consultez votre ophtalmologiste ou votre opticien pour plus d'information.